LES BAFOUILLES DE THELMA

LES BAFOUILLES DE THELMA

Sous la pluie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nue sous son parapluie,

 

personne ne la voit,

 

Seule la pluie semble vouloir la toucher,

 

à tambouriner en coeur sur la toile de son unique protection..

 

 

 

La jeune femme ne bouge toujours pas,

 

Ses yeux mi-clos ne perçoivent plus l’orage,

 

Elle baisse la garde au son de cette tonalité répétitive et lassante

 

En un instant, elle l’imagine la rejoindre là où elle demeure…

 

 

 

Nue sous la pluie,

 

son âme se perd dans les torrents des sensations qui l’habitent,

 

ses pensées glissent sur les murs suintants

 

et les frissons comblent ses pores instantanément…        

 

 

 

Sur le bord de la route,

 

Personne n’imagine qu’elle dégouline d’amour...

 

Les gouttes se parent des diapositives de sa vie

 

où coulent en répétition des images de lui...

 

 

 

Nue sous la pluie,

 

Les phares se reflètent dans ses yeux humides,

 

Ils ne voient toujours pas qu’elle est nue

 

Et qu’elle a mis sur le trottoir le peu qu’il lui reste..

 

 

 

Il est parti,

 

Et  c’est le ciel qui pleure….

 

 

 

 

 

 

 



01/07/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres